jeudi 25 septembre 2014

Trêve silencieuse


Trêve silencieuse


La silhouette élancée

Et le regard fuyant,

D’un vol assuré

Qu’on eut dit chancelant,

Il courait silencieux

Vers d’ineffables rêves.


Pas même un vœu,

Tout autour c’est la trêve.


Bienveillance du ciel apaisé,

Les images mouvantes,

Occasions de Beauté,

Dansent pour lui ondulantes.


Le vol terminé, désapprivoisées,

Des images, toujours les mêmes, abîmées…

Miroirs d’enfants brisés.


Maintenant, c’est à nouveau la fête

D’un univers sans queue, sans tête.


H. Seposa